paris roule-t-il?

Publié le par blog-question-actu

               C'est une Lapalissade, mais la circulation à Paris concerne ceux qui vivent et/ou travaillent en région parisienne. Evidemment, ça exclut pas mal de monde. Mais le sujet déchaîne tant les passions dans le secteur, qu'on ne pouvait pas le laisser passer. Et je m'attendais à une explosion à la hauteur des heures passées dans les bouchons! Surtout en invitant Yves Contassot, réputé intransigeant, Rémy Prud'homme, économiste dont l'étude avait fait sortir B. Delanoë de ses gonds, et l'auteur de "Delanoë, zéro de conduite", dont on voit facilement la chaleur des liens qui l'unissent à la mairie de Paris.

 

            Quelle surprise quand je descends au bar où les invités entrechoquent traditionnellement leurs tasses de café avant l'émission! Que de sourires, et de bienséances! Le ton montera pendant l'émission, surtout la 2nde partie. Yves Contassot n'a rien de la victime expiatoire. Il reconnaît la plupart des problèmes existants, mais les rejette systêmatiquement sur d'autres interlocuteurs. Pas de métro ou bus supplémentaire? C'est l'Etat. Les places de stationnement qui disparaissent? C'est les pompiers. Les 2-roues qui fleurissent, et qui font ressembler Paris à Saïgon, multipliant les accidents dans l'anarchie? C'est Sarkozy, qui refuse de signer la convention motard. Procédural, mais efficace! Et désarmant.

           On sent que le discours politique est rôdé. Mais en décalage avec ce que vivent ceux qui se déplacent dans la capitale. Denis Baupin (adjoint transport) promet une amélioration visible en janvier. Ca vaudrait mieux pour B. Delanoë et son équipe, parce que sinon, rôdé ou pas, le discours politique ne pèsera pas lourd dans l'isoloir...

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard 30/10/2006 07:57

Bonjour,pour ma part, j'ai trouvé ce débat très intéressant et j'ai apprécié le ton posé et calme des intervenants. Ca change des excités qu'on voit se couper la parole tout le temps.J'ai juste regretté le caractère trop technique de certains échanges.En tout cas, cela m'a donné envie de lire Delanoë Zéro de Conduite car il y en a vraiment marre des embouteillages et des délires des écolos.

spah 26/10/2006 12:03

Entièrement d'accord avec le précédent post de Mr Gillot. Il y a des secteurs dans Paris, où le problème ne vient pas des couloirs de bus, mais de la synchronisation des feux, qui même à minuit crée des bouchons (sympa pour les riverains qui veulent dormir !).
Les couloirs de bus, c'est super sur le principe. Mais il y a peu de bus. Et quand il y en a un, c'est à 80% un fou du volant : 70 km/h régulièrement (j'ai vérifié plusieurs fois par moi-même du côté de l'avenue Dausmenil en suivant avec ma voiture), klaxon à tout va... automobiliste, piéton et vélo n'ont pas de droit de circuler ! (à cause d'une cadence imposée de la RATP ?).
Enfin, comment ne pas être surpris par la multiplicité des 4x4 et autres véhicules au gabarit imposant : on se plaint de la circulation, mais on se réfugie dans des véhicules énormes. La Smart qui devait accompagner notre nouveau mode urbain se vent pas aussi bien que prévu, et je ne compte plus les Cayenne que je croise (dans un arrondissement dit populaire, le XIè).

Eric Gillot 24/10/2006 12:01

Il existe une Capitale Scandinave qui était embouteillée en permanence, dans les années 1980.
Quelle n'a pas été ma surprise en revisitant cette ville en 2004 de trouver une circulation fluide, Sans mesures coercitives, sans péages uniquement grâce à un urbanisme cohérent et quand on l'a vu:  évident !
Evident pour un ingénieur en mécanique des fluides, pour un plombier, un électricien, un mécanicien et de toute évidence pas pour un bobo comme Delanoë.
Vous pouvez donner mon email aux futurs candidats à la Mairie de Paris, je me ferai un plaisir de leur décrire cette méthode des flux circulatoirs.