climat: l'effet tomate

Publié le par blog-question-actu

                                                                                                                                                                                                                               Si vous avez regardé l'émission sur le réchauffement climatique, vous avez eu peur. Parce que le seul endroit où ça fait froid, cette histoire, c'est dans le dos. Alors vous vous dites: "d'accord, ça se réchauffe sûrement un peu, la preuve, y a p'us de saison (cf la Toussaint caniculaire sur nos côtes), mais c'est pas si méchant". 

En fait c'est effectivement pas si méchant. C'EST PIRE!! En OFF, comme on dit, les invités sont encore plus alarmistes qu'à l'antenne. Les chercheurs ont l'air désabusé des prêcheurs du désert. En gros, tout ce qu'on consomme depuis quelques décennies, et qu'on continue de consommer allègrement aujourd'hui, a déjà condamné le monde. Maintenant, quand je tourne le bouton du radiateur, j'ai l'impression de faire tourner le barillet d'un pistolet pointé sur la planète.

             Et quand nos invités décrivent le monde tel qu'il devrait être pour éviter sa ruine, on bascule dans la science-fiction. Un exemple, cité par Corinne Lepage entre les 2 parties de l'émission: demain, la valeur des choses, et notamment des aliments, ne sera plus calculée en fonction de la main d'oeuvre, du transport, tout ça... Demain, le facteur déterminant, ce sera la consommation d'eau. Après l'effet papillon, voici l'effet tomate. Aujourd'hui ce fruit ne vaut rien ou presque. Demain, ce sera de l'or en grappe, alors mollo sur l'huile d'olive!

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

President ecolo 13/11/2006 21:23

Tout ceci me conforte dans le choix de voter pour un président écologiste en 2007.Vous avez le choix, entre Dominique Voynet pour les Verts, Corinne Lepage pour Cap21, et, en un peu moins bien placée, France Gamerre pour GE. En attendant peut-être la candidature de Nicolas Hulot...
En tout cas, ne votez pas au 1er tour pour un parti traditionnel, qui à chaque fois qu'ils ont eu le pouvoir ont mis l'environnement en dernière roue du carrosse. Je ne pense pas qu'ils soient de nouveau en mesure de prendre des actions à la hauteur des enjeux d'aujourd'hui. Alors, résistez aux arguments du vote utile (qui en fait ne servira à rien sur le plan environnemental) et, si vous êtes convaincu de l'urgence écologique, donnez votre voix à l'un des candidats en liste pour l'écologie.

Eric Gillot 09/11/2006 11:11

Les émission "people" se co-optent en rond comme si de Steevy à Ardisson il n'y avaient que 30 Français en France.  Messieurs le journalistes: incitez les à inviter au moins 1 écologiste par émission ! Parceque nous (les téléspectateurs) sommes impuissants à changer le cercle infernal de la people-bobo-langue-de bois-isation de ces émissions. 

ll 08/11/2006 19:23

Je ne vous dis pas le prix de la tomate en Guadeloupe .. hors de prix ..

spah 07/11/2006 17:47

C'est très bien de prendre conscience de nos agissements sur la planète. Tout geste à un cou. Et j'ai assez hâte de lire le livre dès demain de Nicolas Hulot sur son pacte écologique.
Mais, car il y a un mais, attention au "y a plus de saison". 30 ans de réchauffement mesuré dans les glaces des poles (donc je ne remets pas en cause le fait que cela se réchauffe) ne veut pas dire que le système soit totalement déréglé !!! La vie de la planète n'est pas celle de l'homme. Nous sommes sortis de nos forêts humides pour se retrouver en pleine glaciation en europe... et entre 1600 et 1850, nous avons connu "la petite glaciation", suffit de regarder qq tableaux de versailles et sa cour pour se rendre compte de la rudesse des hivers. Et y avait aucune émission de CO2 suspecte.
Donc si l'impact de notre vie sur la planète devient exponentiel, nous devrions réapprendre que chaque geste à une incidence. Et que nous ne pourrons jamais atteindre la pollution zéro. A nous de minimiser, d'adapter chacun de nos gestes en pensant à l'impact écologique.
Donc n'ayons pas peur, mais relevons le défi.