Sarko-mars contre Ségo-Vénus

Publié le par blog-question-actu

Ce qu'il y a de bien avec Patrick Devedjian c'est qu'il est à la fois homme politique, et... avocat. Autrement dit, il aime bien parler. Il aime raconter les choses, et le dessous des choses. Et généralement, sans langue de bois. Par exemple ce commentaire, juste après l'émission de ce matin: "Sarkozy doit s'arrondir maintenant. Il était dans le combat, il doit aller dans le charme. Pour l'instant, Sarko-Ségo, c'est Mars contre Vénus"!

Autre formule choc, pendant le direct, celle-là: "le problème de François Goulard [ministre de la recherche, grand adversaire de N. Sarkozy, NDLA], c'est qu'il supporte un candidat qui n'existe pas". Quant à Ségolène Royal, il ne la sous-estime pas, Patrick Devedjian. Il lui reconnaît même une qualité: celle de dépoussiérer la gauche française, en s'inspirant de modèles plus libéraux, qui ont fait florès dans tous les autres pays d'Europe. "C'est mauvais pour nous, reconnaît-il, mais je ne peux que me féliciter de voir que la gauche française évolue".  "Sauf que, continue-t-il, ce discours ne plaira pas à la gauche de la gauche". Et il parie que ces voix-là ne seront pas au rendez-vous pour Ségolène Royal.

Pari risqué, à mon avis. Le 21 avril a fait tant de dégats à gauche, qu'il serait surprenant que les sympathisants s'éparpillent autant qu'en 2002. Même s'ils n'aiment pas Ségolène, ils resserreront les rangs, pour battre la droite, d'autant que Mme Royal n'est pas sortante, comme le rappelait R. Dély (Libé). Contrairement à L. Jospin, elle n'a pas de bilan à assumer. La primaire socialiste est déjà un indicateur en ce sens: son raz-de-marée prouve que le vote utile a fonctionné. Et si l'éparpillement touchait plutôt... la droite? Si Bayrou était le Chevènement de 2007, et envoyait Sarkozy dans les limbes, laissant le champ libre à un duel Royal... Le Pen?

 

 

 

 

 

 

 

photo Ibo / Sipa

 

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gillou - Paris 20/11/2006 23:01

Si Bayrou était le Chevènement de 2007, et envoyait Sarkozy dans les limbes, laissant le champ libre à un duel Royal... Le Pen?
Vu le positionnement de Bayrou pendant ces derniers mois, il prendra des électeurs, mais à qui ? C'étant situé centre gauche il peut tout aussi prendre à gauche dans les déçus de Ségolene (comme j'ai entendu un adhérent du PS après les résultats des primaires).
Nous ne sommes pas au bout de nos surprises !!!

Gillou - Paris 20/11/2006 22:47

Peut t'on appeler un raz de marée 105 000 sur 219 000 adhérents ??? C'est à dire un peu moins de 50 %. Et je voudrais que l'on arrete de parler de libéral et anti-libéral et de le mettre à toutes les sauces car libéral :c'est favorable aux liberté individuelle et donc anti-libéral le contraire. Qui serait d'accord pour qu'on le prive de liberté ????
Et il n'est pas du tout évident que Ségolene récupère tous les suffrages de l'extrème gauche si elle se droitise ou rattisse large.
 

Eric Gillot 20/11/2006 15:49

Cher Julien Arnaud,   J'approuve votre commentaire qui montre que Devedjian n'a toujours pas bien compris que les lignes ont bougées, et que continuer à tout définir autour d'un clivage droite-gauche traditionnel c'est ringard (et faux).  Les électeurs les plus paupérisés qui ont le plus à craindre de l'insécurité votent partout: FN, DE VILLIERS, SARKOZY, ROYAL, Extrème gauche.                     Le libéralisme ne veut dire que ce que la presse à bien voulu lui faire dire.   En fait si on explique enfin  à un Smicard que le Libéralisme Social  (qui est en place dans la pluspart des pays à haut niveau de vie moyen) va se traduire par une augmentation de son pouvoir d'achat et une réduction des indécents écarts de salaire français, le dit Smicard ne va pas rester longtemps anti-libéral.   Tout le reste est de la littérature.