L'étoile de l'Afghanistan

Publié le par blog-question-actu

             Etonnant de voir comme l'Afghanistan fascine tous ceux qui s'y sont frottés. Comme les images de ces montagnes impossibles à conquérir sont imprimées au fond des yeux de ceux qui en reviennent. Christophe de Ponfilly incarnait cette relation fusionnelle à un pays. A une terre. Il lui a consacré sa vie. Peut-être en est-il mort. Je ne connais rien des raisons qui l'ont poussé au suicide, et je ne me risquerais certainement pas à tenter de les imaginer. Mais comment ne pas faire le parallèle entre le destin et le desespoir d'un homme, avec le destin et le desespoir de ce pays, qu'il a arpenté tout au long de sa vie? 

 

   Son film est imprégné de cet esprit. Aride. Violent. Humaniste. Austère. Spirituel. Il s'ouvre par une image fixe des montagnes du Panshir. Immuables. A peine troublées par le souffle du vent. Et puis, la date de cette prise de vue arrive en surimpression: 11 septembre 2001. On s'attend tellement à voir des Boeing fracasser le paysage, que, finalement, c'est ici l'immobilité qui nous frappe.

          Une autre histoire démarre ensuite. Flashback. 17 ans plus tôt, un jeune russe arrive au même endroit, pour se battre avec l'Armée rouge contre les moudjahidines. Tout le propos du film est de montrer comment les graines du 11 septembre new-yorkais ont été semées à cette époque-là. Et les graines n'ont pas fini de pousser.  

 

 

 

                                                                     

Photos Ibo / Sipa

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article