Microscopie hors microcosme

Publié le par blog-question-actu

Ne dites pas à Roland Castro qu'il est un petit candidat. "Ca m'énerve", bougonne-t-il, dents serrées. Coup d'intox. Je le préviens que je ne dirai pas "petit", mais "microscopique". "Pour le jeu de mots avec microcosme". J'en suis bêtement content, de celui-là, et pas question de le laisser filer. Il sourit.

Arrivée de Nicolas Miguet. Sensation étrange. Son visage est célèbrissime, mais on n'est jamais sûr de trop savoir pourquoi. Depuis des années, on le voit sur des affiches électorales, avec une efficacité promotionnelle qui doit laisser pantois la concurrence. Mais cette image se confond avec l'autre Miguet, celui des infos, où son nom navigue toujours en eaux troubles, entre rubrique judiciaire et économique, avec son fait de gloire: le renversement de la direction d'Eurotunnel. Image brouillée, et personnage énigmatique, qui vous fixe non-stop de ses yeux plissés, un demi-sourire figé aux lèvres. En guise de sacoche, un sac en plastique Gibert jeune. Il parle beaucoup. Sent bien la réticence naturelle à son égard. Il veut charmer, vous convaincre, mais l'armure est fragile, et se fendille vite. Mes allusions à ses déboires économiques (il a notamment déposé le bilan d'un journal) dans la 1ère partie de l'émission l'ont visiblement agacé. Echange de tirs pendant la pause. Miguet: "Si vous aviez repris une chaîne de télévision, je ne suis pas sûr que vous seriez encore, 2 ans plus tard, sur vos 2 jambes". Puis il se drape dans sa vertu journalistique, en m'envoyant à la figure son numéro de carte de presse: "je pense qu'il est en-dessous du vôtre". En clair, il l'a eue avant moi. Ce qui veut dire quoi? Rien, sinon qu'on n'a pas le même âge. Je lui demande un cours de déontologie, il a l'air de s'y connaître!

C'est alors que revient l'autre Miguet. Pour briser la glace, et tenter de regagner mes faveurs. L'espoir de glaner quelques secondes de temps de parole en plus. Mauvaise tactique. Il aurait mieux fait de faire comme France Gamerre. Elle a de faux airs de Laura Bush, alors que son modèle en politique s'appelle Brice Lalonde. Elle se retirera si N. Hulot y va. Petit candidat? "Et alors?" Elle sourit.

  

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wachter sylvie 01/01/2007 17:55

à propos des actions engagéees à l'encontre de la sncf et d'une facon plus générale sur la remise en question perpétuelle des faits passés,y aura t'il une limite?
Car  sans faire abstraction du devoir de mémoire,on a le sentiment que certains groupes de populations s'en servent à des fins lucratives on repasse au crible tous les faits passés avec le  regard celui d'aujourd'tui et éludant le contexte de l'époque.
Ainsi tout devient ,bien sur criticable .
Mais au fait qui paiera toutes ses indemnites finalement légitimes?
En Guadeloupe L'association Racine réclame  désormais un dédommagement pour les descendants d'esclaves.
Les  anciens colons chassés d'Europe  en 1600 pouchassés par les guerre de religion peuvent ils aussi  y prétendre  et les descendants de serfs du M.age et aussi... et aussi...

ll 11/12/2006 16:10

excellent :)
Puis il se drape dans sa vertu journalistique, en m'envoyant à la figure son numéro de carte de presse: "je pense qu'il est en-dessous du vôtre". En clair, il l'a eue avant moi. Ce qui veut dire quoi? Rien, sinon qu'on n'a pas le même âge.