Calme médiatique avant tempete politique

Publié le par blog-question-actu

Retour de vacances. 15 jours loin des plateaux, avant de se replonger dans le long sprint électoral. Les Etats-majors, eux, sont encore pris dans cette torpeur hivernal qui précéde le déchaînement médiatique. Profitez de ces quelques semaines de répit, chers électeurs, car le silence actuel est si assourdissant, qu'il augure d'une explosion de décibels jamais vue. Tout se passe comme à la fin d'un western. Chaque camp se tient prêt, pour dégainer le plus tard possible, mais surtout AVANT l'adversaire.

En attendant, d'autres sujets arrivent à remonter à la surface. L'Euro, par exemple. Les consommateurs-électeurs le rendent responsable de tous les maux. 94% des Français y voient une arme secrète de l'inflation rampante. Alors que l'Euro, ce n'est pas le pouvoir d'achat. Le pouvoir d'achat, c'est, plus simplement, le revenu, moins les impôts. Qu'il soit en franc, en euros, en dollars ou que sais-je encore. Quant au grand manitou de l'Euro, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, lui aussi est souvent perçu comme l'argentier qui a des oursins dans les poches. Ségolène Royal veut même lui retirer son indépendance, elle l'avait dit au sommet des socialistes européen. Sauf que l'indépendance de la BCE est inscrite dans le traité de Maastricht, et que la mission de son président, c'est de veiller à la stabilité de la monnaie unique. Autrement dit, pour toucher à ses prérogatives, il faut renégocier Maastricht. Elle en est là, l'Europe?

Autre sujet qui émerge régulièrement pendant les fêtes: le logement, les sans-abris, les chômeurs, et la misère en général. Vous vous souvenez, il y a quelques années, ce sont les occupations des antennes ASSEDIC qui étaient "montées", petit à petit, dans la hiérarchie des journaux, au fur et à mesure que l'information se tarissait, à l'approche de Noël. Ca faisait très Franck Capra, les Assedic occupées sous la neige. Cette année, l'image symbole, ce sont les tentes du Canal St-Martin. Manque la neige... Là aussi, le sujet est remonté, à son rythme, jusqu'à ce que Jacques Chirac reprenne à son compte la belle idée du "droit opposable au logement". Belle idée... et d'ailleurs personne n'est contre! Vous n'imaginez pas le mal qu'il y a à trouver quelqu'un, simplement pour dire: "mais... ça va pas coûter un peu cher, tout ça? Et on n'est pas un peu endetté, déjà?"

Publié dans blogquestionactu

Commenter cet article

Santini 03/01/2007 15:33

Il faudrait aux politiques un minimum de courage pour sortir le pays d'une économie soviétisée et d'une gestion compassionelle des situations qui nous tirent vers le bas
 

georges neyt 03/01/2007 12:08

il est souhaitable que la campagne soit riche en échanges et en débats , et que l' on ait pas simplement à se contenter d' ébats télévisuels planifiés et consensuels.
A vous de jouer !
je me permets d' ajouter cette citation de Sénèque :
Ayez surtout le souci de séparer les choses du bruit qu' elles font .

Eric Gillot 03/01/2007 11:16

Cher Julien Arnaud,
Bien sûr que cela va coûter cher, mais à coté des 39 milliards de dettes.....    Si la presse se mettait à poser systématiquement la vraie question de fond aux candidats, ils seraient peut-être obligés de dévoiller leur programme économique !    La vraie question:  "Allez vous OUI ou NON rompre avec l'économie anti-travail mise en pace avant les 30 glorieuses et que nous sommes les seuls (avec l'Italie) à subir encore. Courage Mrs les journalistes, l'avenir de nos enfants est en jeu...... Borloo montre le chemin avec son programme de sauvegarde: Qui va l'adopter ?