Le dérapage de Don Quichotte

Publié le par blog-question-actu

C'est vrai qu'il est grand, Augustin Legrand, l'"Enfant de Don Quichotte". Il a une gueule, comme on dit. La gueule d'un méchant dans Spirou et Fantasio, ou d'un boxeur dans Lucky Luke. Une gueule de BD, quoi. Impression renforcée par la triple épaisseur de blousons sans manches qu'il porte sans discontinuer. Il arrive comme ça, dégingandé, tutoie tout le monde, yeux explosés, barbe de 3 jours. Il s'en défend, mais cultive le look. Seul détail qui trahit l'expérience: la mini-oreillette bluetooth qu'il allume toutes les 3 secondes, pour répondre aux sollicitations.

Incontestablement, l'adrénaline coule encore dans ses veines, sans doute redoublée par le manque de sommeil. La vague de suroccupation télévisuelle n'est pas retombée, il surfe encore dessus. Quand il s'énerve, par exemple, hors plateau: "Klarsfeld (Arno, envoyé spécial de N. Sarkozy sur le dossier, ndla), je l'ai remis à sa place direct, devant tout le monde, l'AFP, le Monde, tous". L'animal médiatique sait se montrer féroce, quand il croise un congénère sur son territoire.

Mais parfois, il dérape. 11h24. Il interpelle Xavier Emmanuelli comme il ne faudrait pas. En substance: "vous, quand vous débarquez dans les foyers, ils vous déroulent le tapis rouge, vous êtes coupé de la réalité". Sauf que Xavier Emmanuelli est le président-fondateur du SAMU-Social. Xavier Emmanuelli s'occupe des plus démunis, des pires situations d'urgence depuis 40 ans. Xavier Emmanuelli connaît la rue. Comme personne. Mieux que personne. Et s'il y en a UN qui ne peut pas être soupçonné de récupération, c'est lui. Xavier Emmanuelli n'est pas un violent. C'est un doux, un apaisant. On imagine facilement les pires fauves de la rue se transformer en agneaux sous ses paroles. Alors il est blessé. Meurtri, même. Il ne se défend pas, ou à peine. Du bout des lèvres, voix lasse: "que dites-vous? Vous découvrez le problème, vous arrivez sans rien connaître".

Gêne. Silence de plomb pendant la pause. Xavier Emmanuelli m'interroge du regard, puis lâche: "je ne veux pas polémiquer. Si on repart là-dessus, je me casse, je ne peux pas accepter ça". Je note, mais suis frustré de devoir laisser l'impression que je ne lui ai pas donné l'occasion de se défendre.

Après l'émission, Xavier Emmanuelli file pour préparer son rendez-vous de Matignon. Lui et A. Legrand ne se disent pas au revoir. Le représentant de la fondation Abbé Pierre, Patrick Doutreligne, lui, est encore là: "vous avez ciblé la mauvaise personne". Juste avant, notre Fantasio du Canal St-Martin avait prévenu: "je pars sur un tournage en Afrique du Sud (il est comédien, ndla), et ensuite je n'en parlerai plus jamais". C'est aussi ça, le talent médiatique: savoir se retirer. Avant la séance de trop...

Crédit Photo : TF1 / LCI

Publié dans blogquestionactu

Commenter cet article

BERNIS 18/01/2007 13:25

la ramarque sur don quichotte s est ramasser une cause et maintenant l effet secondaire s est nous sommes au bout on ne sais pas crois faire  moi je dis s est l amentable de joués avec la misere des gens pour se mettre en avant s est patetiques .

Sensi 11/01/2007 11:31

Merci pour cet article intéressant sur l'ignorance et la démagogie d'un arriviste.

philippe 10/01/2007 09:34

Je me languis déjà de voir ce que va donner l'introduction des enfants de don quichotte dans des immeubles où les gens sont installés depuis plusieurs années.Ca va être explosif. Bien sur il y a des SDF qui le méritent. Mais les soutiens du grand dadais qui insulte tout le monde pour se faire de la pub, les avez-vous vu? Ont-ils le langage de personnes qui ont l'intention de se réinsérer? Pas du tout. Ils ne veulent que leur "du" : un toit. Sans rien débourser bien entendu. Et c'est encore les pauvres cons dans notre genre qui, pour quelques 200 tentes établies en France vont encore voir leurs impots monter en flèche.décidémment je me demande à quoi ça sert de travailler dans ce pays?

edmond kameni 06/01/2007 12:31

Double discours du Gouvernement : sur les médias de belles paroles, sur le terrain des décisions scandaleuses : le cas de Vélizy
Vélizy-Villacoublay, le 6 Janvier 2007
 

Le ministère de l’intérieur vient de décider de transformer un terrain de 6000m² à l’abandon en un stade de foot non sollicité par les habitants de la ville.
 


 


 

Notre association, Vélizy-Villacoublay (Yvelines), dénonce l’indécence du Ministre de l’intérieur, de
la Député
des Yvelines – Porte parole de l’UMP et du Maire de Vélizy qui viennent de décider * de transformer un terrain de 6 000 m², laissé à l’abandon mais appartenant au Ministère de l’Intérieur, en un stade de football non réclamé par les habitants de notre ville.
 


 

Nous en appelons au Président de
la République
et au Premier Ministre pour une première preuve de sa bonne foi:
 


 

-       En empêchant ce projet qui est une insulte grave à la face de nos concitoyens, tous émus par la crise grave des constructions de logements en France ;
 


 

-       tout mettre en œuvre pour que ce terrain dont n’a plus besoin le Ministère de l’intérieur, soit immédiatement affecté à la construction de logements sociaux.
 


 






Edmond KAMENI
 

Président
 

Association AVDSR
 

9 Rue Henri Rabourdin
 

78 140 VELIZY
 

Tél : 06.74.01.18.25
 


 









 







 

(*) Voir convention projetée et présentée avec la délibération du Conseil Municipal de Vélizy le 6/12/2006
 

 

geronimo 03/01/2007 22:33

Avant la médiatisation du canal Saint Martin, j'avais entendu sur une radio un auditeur indiquant que les passeurs de Sangatte s'étaient repliés sur Paris et il avait évoqué un regroupement prés d'un canal. Je me demande s'il ne s'agissait pas du canal Saint-Martin.
Tout ça pour m'interroger sur la  volonté d'irresponbles de regrouper les problémes de sans papiers, de logement, de travail, d'immigration,  de SDF. Un fouillis alors impossible à régler mais particuliérement juteux pour nous soviétiser sachant que nos enfants ont déjà sur la téte nos démissions sur la dette et l'environnement.