Les princes de la République

Publié le par blog-question-actu

Les privilèges de nos élus. Le questeur de l'Assemblée fait le sale boulot. Il se dévoue pour venir défendre un systême indéfendable. La mini-polémique autour de l'allongement de l'indemnité chômage pour les députés issus du privé, s'ils sont battus aux législatives, est anecdotique. Voire tout à fait justifiable, quand on regarde les choses dans le détail. Le problème, c'est qu'elle révèle une forêt de pratiques toutes plus scandaleuses les une que les autres.

La retraite par exemple. Le temps d'un mandat compte double, dans le décompte final. Vous le saviez, ça? Moi pas. Question au questeur: "d'où ça vient?". Réponse: "euh..." On passe sur les enveloppes de cash, distribuées "à discrétion", comme on dit, et qui finissent souvent dans les poches des femmes ou des enfants, rarement dans celles des assistants parlementaires. On passe aussi sur les logements, restaurants, voyages,... (150 groupes d'amitié parlementaires internationaux, autrement dit forces voyages dans tous les sens, pour entretenir les bons rapports, et faire un peu de tourisme, les parlementaires ne s'en cachent même pas).

Difficile d'écrire cela, sans avoir l'air de passer pour la poujado de service. C'est le problème. Evidemment, c'est toujours facile de taper sur les élus. Mais franchement, est-ce qu'ils ne l'ont pas un peu cherché? Pourquoi ne mettent-ils pas en place des instances de contrôle budgétaire strictes? Au lieu de cela, dès qu'on leur parle rigueur, ils répondent: séparation des pouvoirs! Le mot est lâché... "vous vous rendez compte? Si l'éxecutif vient mettre son nez dans nos comptes, c'est le totalitarisme! Le fascisme!" Et puis quoi encore? Elle a bon dos la dictature! A la place aujourd'hui, c'est le fait du prince. En 1789, on lui avait aboli ses provilèges, au prince. La nuit du 4 août. Et devinez qui avait fait cela? L'Assemblée nationale...

Crédit photo : Ibo / Sipa Press

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lasson 14/04/2007 00:09

merci de nous donner l'occasion de réagir à certains privilèges des princes qui nous gouvernent : privilèges parfaitement scandaleux
Les candidats oseront - ils aborder cette question de privilèges et surtout de la rétraite de nos élus
Il faut pour nous se serrer la ceinture mais pour eux, surtout pas
Charité bien ordonnée devrait commencer par soi-même

Marie-Annick Delaunay 11/04/2007 16:31

Bruxelles en rêve, Sarkozy va le faire ...
S'il est élu président de la République, N. Sarkozy veut faire "veauter" le Traité constitutionnel européen par les parlementaires, au mépris du verdict des urnes. La suite sur :
http://immigration-escroquerie-sentimentale.blogspot.com
 

Jean Paul 11/04/2007 12:37

Si j'ai bien tout saisi de la brillantissime démonstration de Gilbert Sorbier, commentaire n°6 il faut éliminer  Ségolène Royal du premier tour, pour battre Sarkosy au deuxième tour!!!!!!!Mais quel est l'intérêt pour un électeur de gauche. Après tout il faut se battre jusqu'au bout me semble-t-il et les chances de Ségolène Royal sont bien réelles.

Gilbert Sorbier 10/04/2007 17:09


C'est Bayrou qui a critiqué les salaires des députés !    Bien sûr que plus personne ne croit à la victoire de Ségolène, puisque personne ne pense plus avec sa tête, mais avec les sondages.     Et don, tout le monde est conscient du fait que Ségolène se ferait "ramasser" copieusement au 2 ème tour.
L'élection consiste donc à savoir si l'on veut retrouver FILLON, BRETON, DE ROBIEN, RAFFARIN, BUSSEREAU, JUPPE, ESTROSI, DEVEDJIAN, COPPE ETC. à la rentrée.  Si oui on vote Sarkozy !    Donc l'élection se résume bien par une équation simplissime:     Soit Bayrou est au 2ème et Nicolas a perdu, soit Bayrou n'est pas au 2ème et Nicolas a Gagné.    C'est "POUR OU CONTRE NICOLAS", Si l'on est pour on peut voter Le Pen ou Royal au premier ça n'a pas d'importance, si l'on est contre il n'y a qu'un seul vote "utile": BAYROU !

ll 05/04/2007 18:11

LSF Sox contrôle interne, audit , contrôle de gestion commissariats aux comptes, experts comptables, exigences réglementaires de tout poil, c'est vrai pour le privé mais l'état dans tout ça ...
La cour des comptes devrait avoir plus de poids mais le veut-on vraiment dans les hautes sphères...