Liberté, égalitarisme, fraternité

Publié le par blog-question-actu

L'élection présidentielle, c'est dans 11 jours. Voilà un moment qu'on nous annonce depuis des années comme un tournant dans la vie de notre pays. Un moment où les générations dirigeantes vont se renouveler, où la France va faire le choix d'entrer dans la mondialisation, ou de s'enfermer dans son "modèle social". Bref, où tout va changer.

L'enjeu est effectivement tel, que la proximité de cette échéance devrait agir en nous comme un litre de café noir. Un excitant si puissant qu'il devrait conduire à la catharsis d'un peuple, générer des débats dans tous les sens, passionner les discussions aux coins des terrasses de cafés, surtout par ces temps printaniers.

Au lieu de ça que voit-on? Un débat terne, voire absent des grands médias. Et plus on se rapproche de l'élection, plus le sujet disparaît des antennes. Les journalistes doivent être fous? Et bien pas du tout, ils respectent la loi.

Les nouvelles règles du CSA sont en effet entrées en vigueur lundi. Et qu'est-ce que ça change? Tout. Ces règles proclament l'égalité du "temps d'antenne". Autrement dit, à chaque fois que l'on prononce le nom ou que l'on fait simplement allusion à un candidat, il faut faire la même chose, dans la même proportion, et à la même heures avec les 11 autres. Ca vous paraît incroyable? Ridicule? Etrange? Ca doit cacher quelque chose? Il ne dit pas tout? Et bien si. C'est aussi simple que ça. Mission impossible. Alors que fait-on? On n'en parle plus... du tout!

Finalement, cette affaire est assez représentative d'un certain esprit français. Au nom d'un égalitarisme dogmatique, on a tué le débat. A pleurer...

Crédit photo : Ibo / Sipa Press

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article