Pétards mouillés

Publié le par blog-question-actu

J'aime bien les journées électorales. C'est comme Roland-Garros, le genre de rites qui vous rappellent que le printemps est là. Qu'il fait beau, et que les vacances approchent! Le type qui a décrété que les élections auraient lieu à ce moment-là en France (après tout, ça n'allait pas de soi!) est un génie. Ca permet aux politiques de remplir les places parisiennes. De transformer les fontaines en pataugeoire, où l'on s'ébat comme dans un concours de T-shirts mouillés version disco-plein air.

En tout cas, c'était comme ça en 95. Il faisait moins chaud hier, et ces frimas ont eu l'air de doucher quelque peu l'ardeur de la "génération Sarkozy". Voilà qui illustre le paradoxe de cette élection. On attendait un affrontement, une collision, un choc de titans, on eut droit qu'à la chronique d'une victoire annoncée. Un résultat si peu douteux que toute dimension de suspense avait disparu. Il n'y eut donc pas de chavirement de bonheur. Pas d'explosion de joie ou de colère, ni de douce euphorie nocturne. Tout cela fut presque trop raisonnable. Mais au moins ainsi, évite-t-on les lendemains qui déchantent. Et puis on peut difficilement reprocher à Nicolas S. de gagner trop largement!

En conséquence, l'intérêt de la soirée se déplaça vite sur le camp d'en face. Dès 20h 04, Ségolène Royal tentait de prendre tout le monde de court, en annonçant qu'elle continuait le combat. Et dès 20h06, Dominique Strauss-Kahn venait sur les plateaux lui expliquer que "eh! oh! ça allait pas se passer comme ça". Epaulant le bazooka, il visait François Hollande, histoire de ne pas trop donner l'impression de taper sur la candidate éconduite. L'OPA hostile allait faire long feu. Il faut dire que dans 15 jours, on remet ça avec les législatives, et qu'il ne faudrait pas trop que les canons se retournent contre ceux qui les ont allumés. Cet intérêt commun bien compris, c'est la nouvelle ligne officielle. Après? Bah...

Question d'actu demain: Le PS va-t-il exploser?

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurent 08/05/2007 14:06

Le génie qui a décrété que l'élection aurait lieu au printemps s'appelle George Pompidou. Il est mort un 2 avril.
Avant, la première élection du président au suffrage universel avait eu lieu le 19 décembre 1965.

marie-christine GRAN 07/05/2007 22:23

En effet,je pense que le grand feuilleton  de l'été n'a pas vraiment commencé, et que le PS nous régalera bientôt de ses querelles intestines. Messieurs Strauss-Kahn, Hollande et Fabius nous ont déjà présenté quelques prémices de cette aventure et nous promettent quelques  moments chauds...Crime et châtiment? Stupeur et tremblements?En tous cas, on ne risque pas de s'ennuyer cet été, mais ce que je déplore, c'est que devient la France dans tout ça? Que devient le peuple? Que devient la transparence du pouvoir?On pourra donc voir tous les combats? Gratuitement? Comme dans les jeux du cirque romain? Chic, alors....MCG