l'infirmière bulgare

Publié le par blog-question-actu

1h avec l'une des 5 infirmières bulgares. 2 mois à peine après sa libération, elle fait le tour des plateaux télé pour raconter son histoire dans un livre. 2 sentiments contradictoires: le 1er, évidemment le plus fort, c'est l'admiration. Car ce que cette femme a ednuré, selon son récit, dépasse l'entendement. Des mois dans une micro-cellule sans AUCUNE lumière (même le judas finit par être obturé).

Puis des tortures, graduelles. D'abord on la suspend par les poignets à une porte, pendant des heures, à s'en dégonder les épaules. Ensuite, on lui fouette la plante des pieds avec un câble, avant de la violer avec un bâton électrique. Puis, enfin, on l'électrocute. Et alors que, jusque là, elle regardait avec mépris ceux qui avouaient les pires crimes, elle craque à son tour et raconte tout ce que veulent entendre ses bourreaux. Un traitement qui va durer longtemps... Et une détention qui durera 8 années.

Ce qui nous amène au 2nd sentiment: la perplexité! Comment peut-on écrire un livre, ce qui nécessite du repos, du recul et tout ce qu'on veut, 2 mois seulement après avoir enduré une telle épreuve? Elle en avait besoin, nous dit-elle, pour l'aider à guérir. On la croit.

                 Kristiyana VALCHEVA, "J'ai gardé la tête haute"

Publié dans blogquestionactu

Commenter cet article