Grèves: la France va-t'elle revivre 1995?

Publié le par blog-question-actu

C'est reparti comme en... non pas 40 mais 95. Décembre 95. L'heure de gloire des leaders syndicaux: 1 mois de paralysie totale, et Alain Juppé qui plie dans ses bottes. Le dossier des régimes spéciaux est jeté au fin fond du congélateur des tabous français. Il y restera 12 ans.
Il faudra une élection présidentielle, rien que ça, pour l'en faire sortir. Et les syndicats, évidemment, sont au rendez-vous. Jeudi noir demain. Mais ce sera un "One shot" comme on dit. La grève n'est pas reconductible. En tout cas pas encore. Pourquoi cette stratégie?

 

 

En "off", comme on dit, l'explication serait proche de ceci: les syndicats (CGT en tête) auraient compris qu'ils avaient plus à perdre qu'à gagner dans l'affaire. Leur représentativité est plus que contestée, et des réformes sont à venir, sur ce point et sur leur mode de financement (!). L'affaire Gauthier-Sauvagnac pourrait remonter très haut, chacun le sait, et la période est donc pour le moins tendue. Sur des oeufs. En limitant la réponse et la contestation, les syndicats peuvent se dire qu'ils éloignent la menace, tout en se donnnant une image plus constructive qu'en 95.

Sauf que tout cela est conditionné à la réaction de la base, et des autres syndicats "émergents", qui ne font pas (encore?) partie du systême. A la SNCF se joue une bataille sourde entre la CGT et Sud, qui n'est pas représenté dans les instances de négociation paritaire, et qui souffle sur les braises pour récupérer un maximum d'adhérents, comme en 95.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Eric TOURNEBOEUF                     Dominique-Jean CHERTIER

Secrétaire général de l'UNSA                     Auteur du "Rapport sur Transport                                     la modernisation du dialogue social"

 

 

 

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jeff 11/11/2007 14:45

doit-on préserver l'intérêt de quelqu'uns (pétroliers,actionnaires) au profit de tous ? les grandes sociétés gagnent de l'argent pour leurs actionnaires (pétrole, autoroutes, alimentaires...) l'argent est disponible !!!! la grève n'est qu'un moyen de défendre ce que nous n'avons pas...... ne considérons pas les "nantis" à la retraite à 1000 € comme nos ennemis, mais comme un idéal que la plupart d'entre nous n'aurons pas (ne vous faites pas d'illusions). Que nos charmants gouvernants nous montrent l'exemple, non cumul des mandats (ou non cumuls des indemnités) et retraites indexées aux versements, et là,  " la rue" comprendra
 
 

LEFRANC Michel 05/11/2007 09:18

les centres petroliers doivent être considérés comme stratégiques pour la nation et leur accès doit être protégé quoiqu'il arrive. toute action contre ces sites doit être considérée comme une action térroriste contraire aux interets vitaux de la france et traitée comme telle.ne laissons plus se développer les chantages économiques contre l'ensemble du peuple en raison d'un droit de grève abusivement employé notamment par les routiers, les pecheurs ou les agriculteurs qui savent si bien paralyser toute la france lorsqu'ils ne sont pas contents...