Kenya: à feu et à sang ?

Publié le par blog-question-actu

            Manifestation de Kikuyus à Naivasha le 28 janvier (Peter Andrews/Reuters)

                                               

"Shoot to kill". Tirez pour tuer. Un policier kenyan a reconnu ce que tout le monde savait. Les forces de l'ordre ont bien reçu l'ordre de tuer sans sommation. Officiellement ce sont juste les pillards qui sont visés mais dans le chaos, comment on fait la différence? Pendant ce temps, les massacres à la machette continuent de nous renvoyer à la figure le pire de l'Afrique.

Elles sont terribles, ces images va-nu-pieds massacrant à la machette, les yeux assoiffés de sang. Terrible par leur cruauté, évidemment, sur laquelle il n'est pas besoin de revenir.

Mais terribles aussi par les clichés qu'elles véhiculent sur l'Afrique. Sur le thème: incorrigbles africains, condamnés aux réflexes de violence tribale. Sauf qu'ici, l'ethnie ne joue qu'un rôle secondaire. Elle ne sert que d'élément fédérateur, pour attiser une violence dont l'origine est surtout politique. Sauf qu'ici, la violence est très "télévisuelle", et malgré toute l'horreur de ces tueries, il n'est peut-être pas totalement idiot de les comparer aux massacres moins "visuels" perpétrés par n'importe quelle bombe à fragmentation, dans n'importe quelle autre guerre plus "riche" du monde.

           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheikh Yarim Seck, Jeune Afrique

                                                       Francis Soler, Réd.Océan Indien

                                                                                                                              

                   Jean Pierre Campagne, Journaliste et écrivain

 

Crédits photo:Ibo Sipa Press

Publié dans blogquestionactu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article