La folle histoire de Jérome K.

Publié le par blog-question-actu

                                          

                                                       

                                       Jéröme KERVIEL

 

 

Les droits de l'histoire de la Société générale sont déjà l'objet d'âpres négociations. Je ferais bien une surenchère. Parce qu'il y a dans cette histoire tous les ingrédients d'un blockbuster. Ne manquent plus qu'un peu de sexe et d'argent planqué en Suisse, mais ça ne devrait plus tarder...

Le contexte général: le monde de la haute finance, les banques, l'argent qui coule à flots, etc, etc... Et au milieu de tout ça: un personnage principal: Jérome K. Il raconte lui-même qu'il n'est pas arrivé à sa position par la voie traditionnelle. Il est passé par la petite porte, et il croit lire dans le regard des autres des messages qui le lui rappellent sans cesse. Alors ils vont voir, ces grands c. qui sortent des grandes écoles. Il décide de devenir le plus grand trader de tous les temps. Sauf qu'il n'en a pas le droit. Alors comment faire...

Le systême: en gros, c'est comme les acrobates du cirque. Les traders jouent avec filet. Chacun de leurs investissements est compensé, garanti par un financement en cas de coup dur. C'est la règle. C'est aussi la limite. Jérome K. se lance, lui, sans filet. Il créé des positions fictives pour que, dans son ordinateur, sur le plan strictement administratif, il y ait un actif qui corresponde à un passif. Mais en réalité, dans l'"économie réelle" comme on dit, ses positions ne sont pas compensées.

Le problème, c'est que même s'il gagne, il sera viré. Et radié. Au 31 décembre 2007, ses positions sont gagnantes pour plus d'1 milliard d'Euros, ce qui est colossal. Mais s'il vend, il est pris. Il est donc condamné. Pendant les semaines qui suivent, il colmate les brêches en attendant l'hallali. On imagine son état. Les nuits sans sommeil, le ventre qui se serre, jour après jour, surtout que la bourse se retourne. Comment vivre avec ça?

Comme le dit Nick Leeson, son alter ego qui coula la Barings brother, il doit se sentir mieux, aujourd'hui, Jérome Kerviel.

 

Bertrand Jacquillat, Les 100 mots de la finance. Ed. PUF

                                                            

Thami Kabbaj, Psychologies des grands traders. Ed. Eyrolles

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Crédits photo:Ibo Sipa Press

Publié dans blogquestionactu

Commenter cet article